Depuis une quinzaine d'années, ma démarche de plasticienne se développe autour de la trace et de l'empreinte , comme un indice, un signe du temps présent et comme un souvenir.

 

Commençant par l'association des livres objets, du fil et du textile et de la peinture, elle s'oriente aujourd'hui vers la collecte de végétaux, d'images et d'objets glanés au quotidien et au hasard de mes ballades.

 

Que ce soit en animant des ateliers ou en créant, j'aime détourner ce qui est usagé, passé, perdu ou oublié, des cartons d'emballage prêts à être jetés, des boites d'allumettes ou de conserves, tout devient une œuvre nouvelle et enrichie par la trace qu'elle va m'offrir et que je vais exploiter.

 

J'ai recours à différentes techniques d'arts plastiques, mais depuis quelques années, je privilégie l'estampe, avec la gravure ou la collagraphie, le monotype et la linogravure.

Et je n'oublie pas le textile, le tissus et le fil avec qui j'ai une affinité toute particulière, mon père était artisan tapissier. J'ai en mémoire la sensation du doux, du rêche que ce soit de la toile de jute, du coton, du velours ou de la toile à matelas. Et la mémoire visuelle du motif, des couleurs, et des formes mais aussi du mètre de couturière, de la paire de ciseaux et de l'aiguille du tapissier sur l'établi paternel.

 

Avec la gravure, la matière devient la matrice. Elle offre la possibilité du gaufrage et des contrastes de noir et blanc, de la lumière et de l'obscurité.

La création par l'usage des mains, du toucher, de la vue, en font un acte de création sensuel et participe à sa propre transformation.

La création artistique, est pour moi, très proche de la pratique de l'artisan. Technique et ouverte à l'expérimentation elle peut faciliter l'émotion.

 

Enfin, le papier prend toute son importance. Qu'il soit imprimé, comme le livre que l'on va triturer, modifier, déchirer, pour le rendre objet, sensuel et poétique, qu'il soit vierge de tout signe, et prêt à l'impression, il devient l'élément essentiel où va reposer toute trace, toute empreinte choisie.

Qu'il soit de Chine ou papier chiffon, Velin, ou calque, journal ou crépon, soie ou papier peint, du Japon ou papier cartonné, il va épouser l 'œuvre, la rendre lisible, lui donner du sens et lui donner une part du réel.

.

Nicole FRAYSSE

   L'atelier d'Akané
 

Akane  ou akané est un mot japonais, et également un prénom. Il désigne la garance en tant que plante ou teinte rouge. Et aussi la pomme.

 

Quelle est sa cachette ?

L'atelier se situe  910 Route du Breuil SAMER 62830. A 15km de Boulogne sur Mer. 18 km de Montreuil sur mer et à 15 km d'Hardelot.

Qu'y fait-on ?

De la peinture, de la gravure, du collage, des dessins,des marionnettes, du land art...

Qui peut venir ?

Adultes, enfants, curieux, débutants.